VAR MATIN Ouest-Var: Les priorités de Ferdinand Bernhard pour Sud-Sainte-Baume

 

 

«L'intercommunalité doit aider les maires à p - 25375612.jpg

 

À la tête de Sud Sainte-Baume, Ferdinand Bernhard veut faire en sorte que l’intercommunalité « ne soit pas une gabegie financière ».

Le maire de Sanary, désormais président de la communauté de communes Sud-Sainte-Baume évoque ses priorités. Et annonce le passage en « communauté d’agglomération » dès le 1er janvier 2015.

Du pain sur la planche… Ferdinand Bernhard arrive à la tête de Sud Sainte-Baume au moment où la « vénérable » communauté de communes est à un tournant de son histoire.

Vouée à se développer pour contrer les velléités de Toulon ou de Marseille, elle franchira une première étape de sa mue dès le 1er janvier 2015 avec le passage en communauté d’agglomération. Entretien.

Vous avez passé des années à plaider contre l’intercommunalité et à tout faire pour que Sanary reste isolée. Vous retrouver aujourd’hui président de Sud Sainte-Baume est ironique…

Non je ne trouve pas. Les critiques que je formulais étaient les mêmes que celles que l’on retrouvait dans les rapports de la Cour des comptes. A savoir que l’intercommunalité a plus coûté qu’elle n’a fait économiser d’argent aux contribuables. Mais aujourd’hui, la loi oblige les communes à se regrouper et j’ai fait le choix de Sud Sainte-Baume. A sa tête, je vais essayer de faire en sorte que ce ne soit pas une gabegie financière.

Comment ?

Tout d’abord en évitant d’embaucher à tour de bras. Ensuite, en essayant de faire en sorte que l’intercommunalité ne fasse pas des choses que les communes font déjà, et inversement…

Sanary est la plus grande ville de SSB et son maire est président. Les Sanaryens vont-ils davantage en profiter ?

À Sanary, les « grands » équipements (piscine, médiathèque, écoles…) sont déjà faits. Nous n’aurons donc pas besoin de la communauté pour les réaliser. Il n’est pas question de racketter les autres.

Il y aura un juste retour pour chaque commune membre.

Le premier chantier sera le passage de communauté de communes en communauté d’agglomération…

Nous avons déjà commencé à y travailler. J’ai d’ailleurs prévenu le préfet de notre transformation dès le 1er janvier prochain. Reste à déterminer avec précision, les conséquences financières de cette transformation ainsi que les compétences que prendra la communauté. Certaines sont obligatoires, d’autres optionnelles.

Le but est d’élaborer une feuille de route, une direction commune.

Ce qui est sûr, c’est que nous profiterons de davantage de dotations de l’État.

Entendez-vous maintenir la gouvernance plutôt consensuelle qui prévaut à SSB depuis sa création ?

Bien sûr, la gestion doit être collégiale. Je suis pour un consensus, mais pas mou ! Des premiers échanges que nous avons eus, notamment sur le choix des compétences, j’ai l’impression qu’on n’est pas loin d’être d’accord sur tout. Quand on a affaire à des gens responsables, il n’y a pas de souci…

Pour moi, le rôle de l’intercommunalité est d’aider les maires à réaliser des projets intéressants. C’est le cas du bistrot de pays à Riboux, qui peut être une porte d’entrée du parc naturel régional de la Sainte-Baume.

Propos Recueillis

 

WordPress theme: Kippis 1.15
%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils