CCSSB Les Amateurs d’échanges musclés n’on pas fait le déplacement pour rien…. ( les vidéos plupart )

 

DSC_1399

Ferdinand BERNHARD, Laëtitia QUILICI

 

DSC_1404

Echanges dans le public entre un Beaussetan et un Sanaryen

.

DSC_1412

 

Edouard FRIELER  revient sur le fond et déplore que les conseillers d’opposition n’pas été associés à la réflexion

 

 

DSC_1396

Olivier  THOMAS ,

 

DSC_1401

 

Jean-Paul JOSEPH

 

 

DSC_1418

 

 

 COMMENTAIRES DE GERARD DEMORY

Pour ceux qui n’y étaient pas je ne peux que les inviter à aller sur un des blogs bandolais ou de Le Beausset afin d’y suivre le déroulement de la séance, qui a été filmée tout le long (deux heures) par plusieurs caméras… séance édifiante quant à la conception dont certains élus, président et vice présidents se font de l’exercice de la vie démocratique locale. Je déteste les grands mots (démocratie , république, éthique et patati et patata) tant il est aussi facile de s’en gargariser que de les mépriser dans les faits.

Alors venons en au fait. Par petites touches, version impressionniste ou pointilliste de cette mémorable réunion, non par la grandeur qui a pu en caractériser tant le déroulement que le niveau des débats, mais bien au contraire par le comportement d’un président qu’un intervenant sur un des blogs de Bandol a qualifié de « gendarme » qui n’a qu’un seul argument : son bâton….et ça tombe sur tout ceux qui s’expriment ».

Mais avant le bâton, il y a le balisage de la route… Et le conseil de SSB n’a pas échappé au balisage. Sur la grande table de réunion en forme de U , le président étant en bas du U…. avec les vice président de chaque coté, et les autres délégués sur chaque branche…. Enfin presque. Non pas qu’Ebola guette SSB ou que la dingue risque d’y sévir…. mais les délégués d’opposition se sont retrouvés relégués en bout des branches. Un cordon sanitaire en quelque sorte au cas où un mauvais esprit de simple questionnement viendrait à gager le reste des délégués caractérisés par un mutisme total … Je me demande d’ailleurs pour quelles raisons ils disposent chacun d’un gobelet en plastique et d’une bouteille d’ eau….
La grande surprise est venue… de l’affichage des noms de chaque délégué… Jusqu’alors un morceau de carton blanc plié en deux avec les nom et prénom de chacun ainsi que celui de sa commune d’origine. Du classique. Ce lundi, changement de décor. Le morceau de carton est remplacé par une plaque, avec armoiries de la commune d’origine et celles de SSB… nom et prénom et… et… pour certains la mention « OPPOSITION ». Vous avez bien lu. Un conseiller (d’opposition bien entendu) malicieux a posé la question qui tue à monsieur le président sur la signification de cette mention…. je vous laisse délecter la réponse de ce dernier en visionnant la vidéo de séance.
Opposition à qui ? Les délégués communautaires sont élus dans chaque commune sur des listes propres à chaque commune : certains seront sur la majorité de la commune d’autre de ou des oppositions à cette majorité communale. Il n’y a pas directement d’élection au niveau d’une liste communautaire globale. Quel sens donner à cette classification présidentielle si ce n’est une certaine vision manichéenne : « on est avec moi ou contre moi ».
Alors sur ce marquage des délégués communautaires, sans évoquer des périodes douloureuses et récentes de notre histoire j’ai pu relever ce rappel quant à l’origine de la marque au fer rouge :

« Dans l’Antiquité Romaine, les condamnés étaient marqués sur le front avec un fer rougi pour qu’ils gardent la trace de leur crime à vie et que celle-ci soit visible de tous. Ensuite, ils furent marqués sur les jambes ou les mains. Sous l’Ancien Régime, la trace représentait une fleur de lys, qui fut ensuite remplacée par des lettres. Ainsi, on utilisait le V pour « voleurs », GAL pour « galérien », TP pour « travaux forcés à vie », T pour les condamnés dans un temps limité et le F pour les faussaires. Sous l’Empire, le marquage était effectué en public, offrant un véritable « spectacle » à la foule. Ce type de peine fut aboli en 1791, pour être rétabli sous l’Empire en 1806 et enfin être aboli définitivement en 1832. »

Après le balisage de la salle, passons au pimpon de la voiture du gendarme… Et ici, le pimpon, c’est le micro. L’acoustique de la salle de réunion est très mauvaise… et l’affluence du public ce lundi n’améliorait pas la situation. Pourquoi le micro…. Parce que seul le président , et occasionnellement ses vice-présidents… ont droit au micro. Pour les autres , et surtout les bannis du fond de salle qui auraient le tord de poser une question… point de micro. Celui ci a été demandé par monsieur THOMAS (Sanary), pour la pure forme car il s’attendait à la réponse négative…. Mais aussi par monsieur JOSEPH, maire de BANDOL, qui a insisté… mais le président s’y est refusé….
Vous en conclurez ce que vous voudrez tant une telle situation paraît difficilement imaginable dans un conseil normal… Mais là on est visiblement « ailleurs »…. Un autre délégué , toujours d’opposition (seule l’opposition a posé des questions… ) , monsieur FRIEDLER a du décevoir monsieur le président. Il a en effet une voix qui « porte » et s’est donc dispensé de micro, n’hésitant pas à couvrir les sons émis par le président à l’aide de son micro… On est parfois trahi par sa technique ! Bref, nous pensons qu’il serait utile que les opposants étiquetés ou non à … on ne sait trop qui, mais en tout cas perçus et identifiés comme tels par la présidence, se munissent pour les prochaines séances d’un porte voix. Il y en a à tous les prix…. Ainsi à titre purement indicatif :
http://www.amazon.fr/s/?ie=UTF8&keywords=porte+voix&tag=googhydr0a8-21&index=aps&hvadid=48500995498&hvpos=1t1&hvexid=&hvnetw=g&hvrand=13407291683613613970&hvpone=&hvptwo=&hvqmt=b&hvdev=c&ref=pd_sl_8hdpz4xaxs_b

Cela leur permettra de montrer à monsieur le président qu’ils savent parler à armes égales et qu’il faudrait peut être arrêter de les traiter avec ce qu’il faut bien appeler à tout le moins du dédain.

Passons à présent aux constats du gendarme….

LE PREMIER CONSTAT, c’était la délibération sur le passage de SSB de communauté en agglomération.
Ce que je pressentais dans mon intervention précédente s’est réalisé au delà de tout ce qui était imaginable. Depuis le mois de juillet 2014 un cabinet parisien travaillait sur le dossier, a rencontré à deux reprises les maires, le préfet, le président de SSB…… et a sorti de son chapeau , à savoir projecteur et écran, un beau déroulé présentant les aspects juridiques du dossier et quelques aspects financiers.
Bref, vice présidents , présidents et maire étaient au courant… mais le bon peuple découvrait la chose. « On passe au vote » était l’expression immédiate du président… Mais là encore quelques opposants se manifestaient, posant questions sur questions, allant même jusqu’à s’étonner que l’information n’ait pas circulé avant. Le maire de BANDOL faisait remarquer que selon le schéma « proposé » (le terme imposé serait plus adéquat) par le président … à savoir une consultation des conseils municipaux dans les …. 10 (dix) jours , il était impossible d’informer et de débattre avec la population…. Élémentaire cher Watson, ça les concerne au plus au point car leurs futurs impôts pour l’essentiel c’est SSB qui les déterminera à la longue…. Mais Bernhard n’est pas Watson, même si tous deux sont « docteurs », et l’information des administrés ne semble pas procéder de la même analyse…. et souci de transparence .
Un autre opposant (qu’ils sont agaçants ces gens) marquait son désaccord quant à l’absence totale d’information préalable…. mais qu’importe ces jérémiades (mais puissantes malgré l’absence de micro réservé à la présidence)… vite vite vite, passons au vote…… Adopté… Au point suivant…..

SECOND CONSTAT … la motion relative au droit d’expression et au droit des minorités ,proposée par des bandolais (dont moi même ) au conseil municipal de BANDOL et renvoyée au conseil communautaire. Ceux qui n’étaient pas au courant pourront suivre sur les blogs les extraits de la vidéo reprenant cette mémorable intervention de monsieur le président à l’encontre d’une élue qui avait osé émettre certaines interrogations sur une liste présentée aux votes….
http://www.le-beaussetan.com/?paged=5

Cela permettra aussi de « relativiser » la version quasi bucolique ou bisounours donnée ce lundi par monsieur le président à cette séance du 21 juillet 2014. C’est l’avantage des vidéos : elles enregistrent tout…… et n’ont pas la mémoire défaillante ou sélective.
Et cela permettra aussi de comprendre si monsieur le président BENRHARD a eu raison ou non de demander à ce que les délégués présents votent contre la motion…. fruit vénéneux d’un « cabinet noir » et de « conseillers occultes »…. Bref le procès en sorcellerie n’était pas loin et avec de telles incantations, la motion fut rejetée et les démons de l’opposition renvoyés en enfer. Le Bien triomphait et les ténèbres reculaient….

TROISIEME CONSTAT.. Le rapport d’activité du SPANC… Mot cabalistique qui désigne le Service Public de l’Assainissement Non Collectif… En clair le service qui vérifie si, non raccordé à l’assainissement collectif, votre fosse sceptique à installer ou installée est conforme dans son fonctionnement….. Aprés une lecture inaudible du rapport, le président s’empressait de passer au vote…. interrompu dans son élan par un délégué d’opposition (encore!) monsieur FEDLEIR qui posait toute une série de questions sur le rapport, les prix, le budget présenté…. questions qui mettaient dans l’embarra le président, ses services présents, incapables de répondre… conduisant deux des vice présidents à intervenir : SAINT CYR pour dire qu’il n’était pas concerné par les remarques au regard de son adhésion récente au SPANC, et LA CADIERE pour expliquer… que ce n’était pas simple…. Bref nous aurons la réponse lors de la prochaine séance, en principe , et en attendant le rapport était approuvé…. Ouf !

Je n’évoquerai pas les autres « constats », sans intérêt aucun….

Si ! Une intervention un peu choquante à mon sens de monsieur le président, en fin de séance. Ce dernier était interpelle par je ne sais qui aux fins de savoir qui était une élue d’opposition placée à coté des opposants de SANARY et qui était intervenue très posément en séance pour s’étonner des conditions dans lesquelles il avait été répondu à un autre intervenant (semble-t-il le maire de BANDOL). Elle ajoutait souhaiter que le ton soit à l’apaisement. Réponse de monsieur le président : il s’agit d’une opposante de SAINT CYR, citant son appartenance politique…..

G. DEMORY

 

 

 

WordPress theme: Kippis 1.15
%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils