Edouard Friedler pour le Beausset Rassemblé: Stupéfiant édito du Maire dans le dernier Beausset-Mag (n°7).

 

Le coup de gueule du Maire ou un terrible aveu de faiblesse…

 

Pour une fois l’édito du Beausset-Mag, le magazine du Maire et de sa majorité municipale a du contenu et ne s’occupe pas seulement du soleil radieux et du chant des cigales.

Nous sommes à l’été 2016 et au n°7 de la revue. M. Ferrero est maire depuis maintenant plus de 2 ans (en fait 27 mois).

Et c’est maintenant qu’avec son équipe, il s’aperçoit que notre patrimoine est en péril ! Il ne pouvait raisonnablement l’ignorer puisqu’il l’avait lui même dénoncé, avec photos à l’appui, durant la campagne pour les Municipales.

Rappelons-nous que le Maire avait promis un audit, qu’il s’est évidemment bien gardé de réaliser. En effet, lorsqu’on est aux affaires depuis près de 35 ans et que l’on a exercé des fonctions d’adjoint, il est compliqué d’expliquer que ce qui a été fait avant par ses amis ne tenait pas toujours la route.

Point d’audit. Par contre le Maire a fait déraper les frais de fonctionnement en 2014 dans l’euphorie de sa première année de mandat, puis il a fortement augmenté les impôts la deuxième année, rattrapé par la réalité.

Cette année, qui aurait dû sonner le retour à la raison, a vu une nouvelle hausse des frais de fonctionnement et un nouvel emprunt de 600 000€, alors qu’il ne s’est toujours pas attaqué à l’indispensable : la mise en sécurité de notre patrimoine, et les indispensables et obligatoires travaux pour l’accessibilité des bâtiments à nos concitoyens à mobilité réduite.

Que faire dans ces conditions : Un nouvel emprunt ? (et tant pis pour nos enfants et petits enfants)  Une nouvelle hausse d’impôts ? (compliqué politiquement, car trop visible : le coup de la baisse des dotations de l’Etat a déjà été utilisé)

Quel que soit le choix du Maire, il faut bien préparer le terrain et trouver un fautif. Ce sera donc le Maire précédent, qui n’aurait rien fait, si ce n’est maquillé sa prétendue incurie sous des couches de peinture.

La réalité est autrement plus complexe. Certes, nous avons reproché à Jean-Claude Richard d’avoir repeint en hâte les bâtiments publics du Beausset quelques mois avant les élections. C’était une erreur qui traduit un manque de considération pour l’Electeur qui se laisserait ainsi facilement influencer par les apparences. Mais la moindre des honnêtetés nous oblige à reconnaître ses réalisations, même si nous n’aurions pas toujours pris les mêmes options, et son sens des réalités. Celui-ci l’a conduit à réduire le « train de vie » de la Commune de 2% en 2013 en prévision des problèmes à venir que tout le monde connaissait à l’époque : baisse des dotations de l’Etat, pénalités pour défaut de logements sociaux… D’ailleurs, même M. Ferrero les avait évoqués en 2014, tout en n’en tenant aucun compte.

Ainsi le Maire n’a pas su apprécier la situation réelle de la Commune et a fait ses premiers choix de manière incohérente : réfection de ronds-points, embauches de personnel… Il tente maintenant de se dédouaner de son imprévision, mais nous ne sommes pas sûrs que les Beaussétans se laisseront prendre facilement à ses discours, surtout en regardant leur feuille d’imposition.

Il termine son édito par une remarquable note bucolique : « il fait beau et chaud, les cigales chantent ». Dormons donc tranquillement, mais qu’en sera-t-il lorsque la bise viendra… ?

Edouard Friedler pour le Beausset Rassemblé.

WordPress theme: Kippis 1.15
%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils